Yangon

On arrive à Yangon, la ville la plus importante du pays. On ne reste pas assez longtemps pour découvrir tout ce qu'elle à a offrir car à nos yeux c'est une grande ville asiatique comme on en a tant vu. On était trop impatient de découvrir vraiment le Myanmar. Au premier coup d'oeil, la ville ne parait pas particulièrement belle mais si on regarde bien les batiments, on remarque qu'elle est remplie d'imposants bâtiments coloniaux pas assez entretenus.

DSCN5700
DSCN570
DSCN5700

Bago

On voulait gouter la Birmanie, on s'est régalé. On prend le train à Yangon, au plus grand conseil de Lina. On balance, on saute, on tangue, mais on adore! On s'attendait à pire, on est vite arrivé à Bago. On se fait bien accueillir, on dépose vite fait nos sacs à l'hotel et c'est parti pour 6h de moto à travers pagodes, temples et Buddhas assis/couchés/debout. On a vu tellement de choses, à chaque fois qu'on remontait sur la moto, on se demandait si c'était la dernière. Les monuments sont si bien entretenus qu'on croirait qu'ils datent d'aujourd'hui. On s'est même retrouvé dans la même pièce qu'un python sacré blindé de thunes de 6m de long et bien 30cm de diamètres.

DSCN5700
DSCN570
DSCN5700
DSCN5700
DSCN570
DSCN5700
DSCN5700

Golden Rock

On a quitté le rocher d'or avec un mauvais sentiment. C'est dommage parce que ça aurait pu être top. D'abord on est arrivé tard le soir, et à cause de mauvaises informations, il n'y avait plus de pickups qui allaient jusqu'au village. Etant au milieu de nulle part, on a du payer très cher pour qu'on nous y amène. Arrivé, tous les hôtels étaient complets, après avoir fait le tour on a fini par trouver une chambre grace à la gentillesse des birmans. Le lendemain, on monte jusqu'au rocher dans le fameux camion dont tout le monde parle "comme une montagne russe". Eliott se souvient surtout de ne pas du tout avoir de place pour ses jambes.

En haut, il y a plein de monde (que des birmans), tout le monde est énervé, se bouscule, court, crache, pollue,... Océane se fait même pisser dessus par un petit, perché sur l'étage du dessus. On ne se croyait pas dans un des lieux les plus sacrés du pays. Pressés de redescendre, on monte à l'arrière du camion, sans places assises. On a bien fait car le trajet était bien plus agréable et amusant! Dommage pour tous ces points négatifs car ce rocher d'or, à la limite du vide, est magnifique.

DSCN5700