On our way home

Le transsibérien! On l'attendait celui là! C'est tout pile 8 mois après notre départ qu'on monte dans le train de retour sauf que cette fois, on prend plus de temps. De Oulan Bator jusqu'à Moscou, d'une traite, sans s'arrêter, il faut compter 100h sur 5 jours. On a partagé notre cabine les deux premières nuits avec un scientifique (qui n'en a pas l'air) et la troisième nuit avec une (très) grosse russe. La quatrième et dernière nuit, on avait la cabine pour nous.

Akihabara
Akihabara
Akihabara
Akihabara

Il y a un wagon restaurant, mais c'est très cher et les portions sont minuscules (les salades sont servies dans des tasses). On y a mangé qu'une seule fois. Le reste du temps, on a notre stock de nouilles instantanées car on a à disposition que de l'eau chaude. C'est bizarre de ne manger presque que ça mais ce n'est vraiment pas mauvais!

Akihabara
Akihabara
Akihabara
Akihabara

La vie dans le train est assez particulière. Déjà, c'est fou de se dire qu'on est dans un train qui roule jour et nuit sans s'arrêter (juste pour des stops de 30 min). Ensuite, on vit à l'heure de Moscou. On traverse six fuseaux horaires, du coup au début, c'est perturbant, on se lève quand le soleil est déjà haut dans le ciel, on mange le midi quand le soleil va bientôt se coucher et on va dormir au beau milieu de la nuit. Mais petit à petit, ça colle de plus en plus comme on se rapproche de la capitale.

Akihabara
Akihabara
Akihabara

Prendre ce train était vraiment une super expérience. Il ne faut pas le faire pour les paysages, il y a juste quand on longe le lac Baikal qui est doucement en train de dégeler où c'est vraiment beau. C'est le quotidien dans le train qui est intéressant. On s'est bien mi à jours dans nos histoires et on est (déjà) arrivé! On aurait facilement pu faire un jour en plus!

Akihabara
Akihabara
Akihabara